doc : Époque carolingienne - l’épreuve de la croix et l’épreuve de l’eau froide

Aller en bas

Re: doc : Époque carolingienne - l’épreuve de la croix et l’épreuve de l’eau froide

Message  Jean Guillaume le 8/5/2017, 21:38

Les différentes formes de l’ordalie

Les ordalies les plus inoffensives concernaient en général plusieurs personnes. L’ordalie de la croix opposait au minimum deux personnes. Chacun devait rester le plus longtemps possible les bras en croix. Le premier qui les baissait démontrait sa culpabilité.

Sous le règne de l’empereur Charlemagne (800-814) et de son fils Louis le Pieux, plusieurs formes d’ordalie se développent dont la plus importante est celle du feu.

Le prévenu saisit avec sa main un fer rouge. Si après le contact avec l’eau ou le métal brûlant, la main présente dans les trois jours qui suivent une belle cicatrisation, c’est que la personne est innocente.
Des plaies indiquent que la personne est coupable.

Duel judiciaire

Duel judiciaire (miniature du XVe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France)

Quelques variantes de cette épreuve existent : marcher sur des socs de charrues chauffés à blanc ou retirer d’un chaudron rempli d’eau bouillante un anneau ou une pierre.

Le jugement par l’eau froide était particulièrement utilisé au Moyen Âge. L’accusé était conduit en barque au milieu d’un plan d’eau ou une rivière puis jeté dans l’eau en étant lesté d’une grosse pierre.
Après un certain temps, on repêchait l’accusé. S’il avait survécu (ce qui n’arrivait jamais), c’est qu’il était innocent.
Le fait de remonter à la surface était considéré comme une preuve de culpabilité. Le fait de surnager prouvait l’intervention du Diable.
D’une manière ou d’une autre, le suspect était condamné.

On comprend mieux pourquoi certaines personnes, coupables ou innocentes, préféraient avouer plutôt que de subir ce jugement.

Le duel judiciaire est une autre forme de l’ordalie. Il a été pratiqué par les peuples germaniques dès le VIe siècle et n’a décliné qu’à partir du XIVe siècle.

Ordalie. Jugement de Dieu

Duel judiciaire opposant un homme à un animal (miniature du XIIIe siècle, Paris, bibliothèque de l'Arsenal)

Le duel entre le plaignant et le défenseur est une épreuve bilatérale qui se fonde uniquement sur l’intervention divine.
La mort est toujours la sentence du duel. Parfois, le duel judiciaire oppose un homme à un animal.
Celui qui meurt est tout simplement coupable. Celui qui gagne n’a plus qu’à remercier Dieu de lui avoir donné la victoire.
Parmi les duels très célèbres, citons le duel de Macaire et du chien de Montargis. Ce combat a opposé un assassin et le chien de sa victime et c’est l’animal qui remporta la victoire.
avatar
Jean Guillaume
Membre

Messages : 509
Date d'inscription : 05/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: doc : Époque carolingienne - l’épreuve de la croix et l’épreuve de l’eau froide

Message  Pierre V le 8/5/2017, 20:30

En bref:

L'épreuve de la croix oppose deux parties. Les deux parties se tiennent les bras en croix devant une croix. Le premier qui lâche, tremble ou s'effondre à perdu donc il est coupable.

L'épreuve de l'eau froide est encore plus sympa: on est plongé dans un baquet d'eau froide. Si on flotte, c'est que l'eau nous repousse donc y a quelque de pas naturel. Si on coule, c'est bon, on n'est pas coupable.

Ces deux épreuves, ou ordalies, sont apparemment interdites par Louis Le Pieux au début du 9e siècle. On craint un mauvais effet si on se rend compte que ça ne fonctionne pas et que des coupables sont innocentés ainsi.

Mais l'article manque un peu de détail. Il faudrait approfondir si la question des ordalies vous intéressent.
avatar
Pierre V
Membre

Messages : 41
Date d'inscription : 27/09/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: doc : Époque carolingienne - l’épreuve de la croix et l’épreuve de l’eau froide

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum